Histoire

01/01/1982 : Le Val-Saint-Eloy devient Le Val-Saint-Éloi.

Le Val Saint-Éloi et Mailleroncourt-Charette, sont les deux plus anciens villages de la Haute-Saône. En tout cas, il y avait une église en 1136, elle figure dans le pouillé[1] du XVème siècle.

Gisleberg II de Vesoul, vicomte de Vesoul, sire de Faucogney et seigneur d’Avanne, approuve la donation de la grange du Wals (correspondant à l’actuel Val Saint-Éloi) à l’abbaye de Bithaine de la part d’Étienne de Vauconcourt et de Gérard de Saulx en 1146.

L’abbaye de Bithaine détient dans le village de nombreux droits seigneuriaux.

Pendant la Guerre de Cent ans[2], les Anglais dévastèrent Vesoul et tous les villages avoisinants, dont le Val Saint-Éloi, en 1360.  En 1346 et 1349, la peste noire ravagea la Franche-Comté. En 1394, le village qui comptait jadis cinquante maisons n’en comporte plus que dix qui soient habitées.

La Guerre de Dix ans (1632-1642), Le 21 octobre 1636, Matthias Gallas et le duc de Lorraine entrent en Franche-Comté pour la défendre contre la France, puisque la Franche-Comté était sous la domination espagnole. Les troupes de Gallas, bien qu’étant restées pour protéger la population surent rivaliser dans l’horreur. Les troupes « impériales » de Matthieu Gallas embrasèrent les maisons, violèrent les femmes, tuèrent des hommes, infligèrent tortures pour avoir de l’argent… C’est ainsi qu’ils mirent le feu à l’église du Val Saint-Éloi, car ne l’oublions pas, Gallas était protestant ! Il ne restait que quatre habitants : Jean Miguel, Nicolas Beltrichard, Éloi Valey de Flagy, manant[3] depuis six ans, et un « picard ». Donc, finalement, église incendiée, tortures, tuerie et épidémie, : une arche et deux tiers de clocher, les fonts baptismaux et un Christ en bois, dépourvu de couronne : voilà tout ce qui subsistait du Val Saint-Éloi.

Il fallait repeupler le village, c’est à quoi les moines de Bithaine s’employèrent : grâce aux libertés et faveurs que les moines accordèrent aux populations qui s’y fixaient. En 1688, l’effectif de la population était remonté à 108 habitants.

 


Nous sommes en 1957, la France n’est pas encore de cette hémorragie démographique née de la succession de deux guerres à vingt cinq ans d’intervalle et la main d’œuvre et fait souvent défaut. les années sont pourtant où il faut reconstruire le pays au sens matériel du terme et il faut le moderniser en installant l’eau courante et l’éclairage public dans les villages .On fait alors appel à la main d’œuvre étrangère. A le Val Saint Éloi, ce sont des ouvriers polonais qui participent aux travaux, ce n’est d’ailleurs pas étonnant car une tradition vieille depuis plus de deux siècles a attiré les travailleurs polonais aux mines de Ronchamp. Que se passent-ils ce 31 juillet 1957 à 15 heures au lieu-dit “Les grands champs”. Un important éboulement se produit là où on creuse les tranchées pour les canalisation. Deux hommes sont ensevelis, ce sont deux ouvriers polonais, le premier Geoges Trptiz domiciliés à Échenos la Méline est né à Rubiezkas en Pologne en 1903, le second Daniel Jules Bottagisi, domicilié à Vesoul, également d’origine polonaise, est né à Navoy dans le Jura.

 

Que reste-t-il de cette tragédie ? Une croix gisant parmi les herbes et les broussailles, croix que d’aucuns auront peut-être aperçue et qui les auront étonnée: que fait-elle au milieu des champs? Elle n’indique nulle croisée des chemins, ce n’est pas non plus une croix de mission comme il y en tant en Haute Saône, non c’est une croix funéraire, une croix du souvenir!

 

 

 


[1] Liste des biens du diocèse.

[2] La Guerre de Cent ans a eu lieu de 1337 à 1453.

[3] Manant sous l’ancien régime, paysan, vilain ou habitant d’un village.

Source des images  : https://racinescomtoises.net/index?/category/15434-cartes_postales_anciennes_de_val_saint_eloi_70

Merci à Marie-Josèphe Bousségui.